Différence entre oméga 3 et oméga 6

Pour commencer quelques définitions pour bien comprendre

Lipides : appelés corps gras ou graisses, ils sont essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Ce sont les matières grasses contenues dans les aliments.

 

Essentiel : une substance est essentielle quand l’organisme ne peut ni fonctionner sans elle, ni la fabriquer lui même. Sont essentiels : certaines vitamines, certaines minéreaux et oligaux éléments, certains constituants des protéines (acides aminés), et certains constituants des lipides (acides gras)

 

Acides gras : ce sont les plus petites unités qui composent les matières grasses. Ce sont les légos qui permettent de fabriquer les graisses. Lors de la digestion, des enzymes décomposent les graisses en acides gras, qui vont circuler dans le sang puis être recombinés par le corps sous la forme de tryglycérides ou de phospholipides. Les acides gras ont 3 rôles : ils servent à fabriquer toutes les membranes céllulaires, ils servent d’énergie pour les muscles, et ils jouent un rôle dans l’équilibre hormonal et immunitaire.

Acides gras saturés : responsables du surpoids, des inflammations et de nombreuses maladies.

Acides gras mono-insaturés : on les retrouve dans l’huile d’olive et le canard, ils protègent des maladies cardio vasculaires.

Acides gras poly-insaturés : présents dans les poissons gras et certaines huiles végétales ils maintiennent l’élasticité de la peau et des artères. Ils sont également un rampart à de nombreuses maladies.

Acides gras oméga 3 : principalement l’acide alpha linolénique (ALA), l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexanéoïque (DHA). Ils ont des rôles très nombreux et sont obligatoires pour un fonctionnement sain du corps.

Acides gras oméga 6 : principalement l’acide linoléique (LA), l’acide gamma linoléique (GLA), l’acide dihomo gamma linoléique (DGLA) et l’acide arachidonique (AA). Comme pour les oméga 3 ils ont des rôles variés et sont indispensables.

 

 

 

Est ce que plus d’oméga 3 et d’oméga 6 me garantissent une meilleur santé ?

Oui et non. La quantité est important mais le ratio oméga 3 oméga 6 l’est aussi. Rien ne sert de consommer des oméga 3 si vous consommez à côté énormément d’oméga 6.

 

La clé de votre santé : le  rapport oméga 3 / oméga 6

Le ratio recommandé est de 1 à 5 pour 1, c’est à dire qu’il faudrait idéalement ne consommer que 1 à 5 fois plus d’oméga 6 que d’oméga 3. Or, dans notre alimentation occidentale, le ratio vari de 15 à 50 pour 1 !! Autant dire que nous sommes loin du compte !

Ce qui aggrave encore la situation, c’est que l’excès d’oméga 6 empêche l’utilisation optimale des oméga 3 par l’organisme, car ils se concurrencent.

De plus, le métabolisme physiologique des oméga 3 et 6 fait appel aux mêmes enzymes (delta-désaturases), vitamines (B3, B6, C et E) et minéraux (magnésium et zinc). Un apport excessif d’oméga 6 mobilise alors ces précieuses substances vitaminiques et minérales et empêche l’organisme de réaliser correctement le métabolisme des oméga 3.

Il est donc aussi important de réduire sa consommation d’oméga 6 que d’augmenter celle d’oméga 3. Il faut également apporter des vitamines B3, B6, C et E ainsi que du magnésium et du zinc.

Voici un tableau qui vous donnera une idée du ratio oméga 3 et 6 en fonction des régions et des saisons :

Ratio maximum recommandé

10%

Valeurs occidentales moyennes aujourd’hui

100%

Régime crétois

10%

Au japon

6%

Chez les Esquimaux

6%

Dans le régime paléolitique

2%

Au début du 20eme siècle

20%

Dans la 2eme moitié du 20eme siècle

40%

 

 

Risque d’infarctus ? L’importance de ne pas consommer en excès…

Une  consommation d’oméga 6 trop importante rend le sang moins fluide. Les risques d’entraîner des problèmes inflammatoires, de cancers et d’infarctus est augmenté.

A l’inverse, une  consommation trop importante d’oméga 3 rend votre sang plus fluide. En conséquence, celà peut augmenter le risque d’accident vasculaire cérébral hémorragique.

 

Où trouver des oméga 6 ?

Dans à peut près toutes les huiles végétales.

 

Où trouver des oméga 3 ?

Les oméga 3 d’origine animale ont une absorption plus importante que les oméga 3 d’origine végétale. Néanmoins les huiles végétales sont une source d’oméga 3 plébicité par tous les médecins : noix, huile de colza et et de lin sont une très bonne source d’oméga 3. Les huiles de poisson et entre autre l’huile de foie de morues sont un trésor d’oméga 3.

 

Comment rétablir un bon rapport oméga 3 / oméga 6 ?

D’abord, choisissez les bonnes huiles ! Évitez à tout prix de ne consommer que des huiles riches en oméga 6, comme celles de pépins de raisin, ou de maïs. Si vous choisissez des huiles apportant de l’oméga 3, évitez celles qui contiennent trop d’oméga 6 ou pas assez d’oméga 3, comme l’huile de soja.

L’huile de lin contient 4 fois plus d’oméga 3 que d’oméga 6 ! Elle permet donc de rééquilibrer l’utilisation d’autres huiles avec un ratio beaucoup plus en faveur des oméga 6. Interdite jusqu’en 2009 en france, on peut à nouveau trouver de l’huile de lin en boutique bio, mais attention elle doit absoluement être extraite à froid, et il ne faut jamais la cuire !
L’huile de colza a un rapport acceptable de 1 pour 2, mais elle a le défaut d’être très fragile à l’oxydation, perdant ainsi tout son interêt en devenant un véritable poison.

“Notre huile de foie de morue en bouteille contient 23 fois plus d’oméga 3 que d’oméga 6 ! Les oméga 3 si difficiles à trouver dans l’alimentation sont ici en très grand excès ! Ce qui veut dire qu’une simple cuillère café peut rééquilibrer votre ratio journalier complètement déséquilibré par une consommation occidentale classique”.