Et si l’huile de foie de morue pouvait aider dans la prévention du glaucome ?

 

Le glaucome est l’une des principales causes de déficience visuelle et de cécité chez les personnes agées. Une meilleure connaissance du processus de cette maladie a permis l’exploration de nouvelles méthodes thérapeutiques. D’une manière générale la pression intra-oculaire élevée, le stress oxydatif et l’insuffisance vasculaire sont considérés comme les facteurs essentiels de risque de l’évolution de cette maladie. De nombreux composés naturels ont prouvé leur efficacité pour traiter le glaucome. En conséquence, certaines thérapies par la nutrition émergent maintenant comme potentiellement efficaces. Un des supplément avec un potentiel indéniable est l’huile de foie de morue, car ce complément alimentaire contient à la fois de la vitamine A et des acides gras polyinsaturés oméga-3. La vitamine A est importante pour préserver la vision et c’est un antioxydant bien connu, utile dans la prévention des dommages oxydatifs responsables de la progression de cette maladie. La vitamine A joue également un facteur important dans le maintien de l’intégrité des surfaces oculaires. La vitamine A prévient l’altération de l’épithélium oculaire causée par les médicaments antiglaucomateux topiques. Les acides gras oméga-3 sont bénéfiques pour les patients atteints de glaucome car ils diminuent la Pression intra-oculaire (PIO), augmentent le flux sanguin oculaire et améliorent la fonction neuroprotectrice optique. Cet article est issu d’une étude qui propose l’huile de foie de morue, en tant que combinaison de vitamine A et d’acides gras oméga-3, comme traitement naturel du glaucome. Cependant, d’autres études sont nécessaires pour valider l’interêt de l’huile de foie de morue dans le traitement et la prévention du glaucome.
huile de foie de morue et glaucome

Le glaucome est la deuxième cause de cécité au monde

Selon Quigley, en l’an 2000, le nombre de personnes atteintes de glaucome dans le monde était estimé à environ 66,8 millions, dont 6,7 millions de cécité des deux yeux. Ce nombre pourrait atteindre 79,6 millions d’ici 2020, dont 74% auraient un glaucome à angle ouvert. Les traitements disponibles aujourd’ui pour guérir le glaucome ne sont toujours pas satisfaisants ; par conséquent, de nouvelles approches thérapeutiques voient le jour.

Le glaucome est une neuropathie optique caractérisée par une dégradation de la structure du nerf optique. Cette altération à pour conséquence directe une détérioration progressive du champ visuel. Bien que l’augmentation de la pression intraoculaire soit un élément de risque majeur pour le glaucome, d’autres éléments jouent aussi un rôle : insuffisance vasculaire, toxicité induite par le glutamate, production excessive d’oxyde nitrique et stress oxydatif. Une meilleure connaissance de la pathogénie de la maladie ouvre maintenant de nouvelles stratégies thérapeutiques. La nutrition, nouveau sujet “à la mode” dans l’approche de la médecine occidentale, est également considérée comme une voie thérapeutique potentielle par les ophtalmologistes . Prenons Mozaffarieh qui a prouvé dans ses recherches que le chocolat noir, le thé, le café,le vin rouge, et les myrtilles contiennent des agents neuroprotecteurs potentiels pour le glaucome. D’autres voies de traitement, telles que le magnésium et le sel, sont déjà utilisées par certains médecins. Les thérapies nutritionnelles apparaissent donc comme des méthodes potentiellement efficaces pour prévenir la progression de cette maladie.

L’huile de foie de morue est largement démocratisée dans le monde. Cette huile est riche en vitamine A, D et en acides gras oméga-3 essentiels, en particulier l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexanoïque (DHA). En raison de ses composants spécifiques, l’huile de foie de morue est considérée comme bonne pour la santé. Dans certaines études plus anciennes, la supplémentation en huile de foie de morue a été suggérée pour réduire les facteurs de risque cardio-métaboliques,pour réduire les risques de cancers et améliorer la déficience cognitive induite par le stress récurrent. Aucune étude n’a encore étudié les effets positifs de l’huile de foie de morue dans la prévention du glaucome. Le but de cet article est de considérer l’hypothèse que l’huile de foie de morue puisse être un composé préventif pour le traitement de cette patologie.

 

Le rôle de la vitamine A dans le glaucome

La vitamine A est une vitamine liposoluble essentielle, c’est à dire qu’elle est nécessaire et qu’on la retrouve dans les graisses. Elle est indispensable à la croissance, à la vision, à la différenciation épithéliale ainsi qu’à l’immunité et la reproduction. La vitamine A joue également une action primaire dans le métabolisme oculaire : elle est nécessaire au maintien de l’épithélium conjonctival et cornéen, à la phototransduction rétinienne et à la viabilité des cellules épithéliales pigmentaires rétiniennes. Une carence en vitamine A conduit à une perte de vision, à la kératomalacie, à la tache de Bitot et à la sécheresse oculaire. La cécité de nuit se produit lorsque le réservoir de vitamine A dans l’œil devient épuisé, et la concentration dans les cellules souches est abaissée. Cette affection est réversible avec une augmentation de l’apport en vitamine A par une supplémentation (ou en mangeant équilibré !) En bref, la vitamine A est importante pour maintenir une vision correcte.

Une association entre le stress oxydatif et le POAG a déjà été prouvé. Tezel a montré que le stress oxydatif participe au processus neurodégénératif. Welge-Lussen et Birke  ont conclu que le stress oxydatif peut induire des changements caractéristiques du trabéculum trabéculaire et ont émis l’hypothèse qu’une diminution du stress oxydatif pourrait réduire la progression du GPAO. Selon Feilchenfeld , une lésion oxydative se produit également dans les vaisseaux sanguins et les astrocytes. D’autres études ont conclu que le stress oxydatif peut contribuer à l’étiologie et la progression du GPAO. En conclusion, le potentiel d’une supplémentation en antioxydants est essentielle pour minimiser les changements de TM, protéger le nerf optique et les vaisseaux oculaires. Les antioxydants alimentaires on un bel avenir dans la prévention du GPAO.

La vitamine A, la provitamine A et les caroténoïdes sont des antioxydants bien connus. Mais l’homme est incapable de synthétiser la vitamine A et doit l’obtenir à partir de son alimentation. L’huile de foie de morue est une bonne source de supplémentation en vitamine A, car la dose de vitamine A est importante et la qualité de la vitamine A est de première qualité. L’activité antioxydante de la vitamine A et des caroténoïdes associés est conférée par la chaîne hydrophobe des unités polyènes qui vont neutraliser les radicaux libres. La majorité des recherches effectuées à ce jour a examiné les effets antioxydants de la vitamine A et des caroténoïdes. L’observation de Das suggère que la vitamine A et ses métabolites présentent un effet antioxydant encore plus important que celui produit par la vitamine E. Il est largement évoqué qu’une supplémentation en vitamine A peut exercer un effet protecteur contre les maladies neurodégénératives et cardiovasculaires. Mais à la lumière des données de deux grandes cohortes, Kanga n’a pas trouvé suffisament de relation entre augmentation de l’apport total en vitamine A et réduction des risques de GPAO. D’autres recherches sont encore nécessaires.

Les médicaments qui abaissent la PIO doivent pénétrer à travers les tissus de l’œil. Il est habituel que ces tissus soient les premiers à montrer des signes et des symptômes de toxicité médicamenteuse et des effets indésirables tels que la dermatite des paupières,des malpositions, des cicatrices du système lacrymal ou un inconfort oculaire, une instabilité lacrymal,une  inflammation conjonctivale, une fibrose sous-conjonctivale.  Des études ont mis en évidence que l’utilisation à sur le long terme de médicaments hypotenseurs oculaires, peut entraîner des changements importants à la surface des yeux. La vitamine A est essentielle pour le maintien de l’épithélium conjonctival et cornéen et joue un rôle nécessaire dans la croissance et la différenciation épithéliale des yeux. C’est un facteur crucial pour réguler la production de mucine de l’épithélium, qui est connu pour être une facteur essentiel dans la défense de la surface oculaire. Une étude expérimentale chez des lapins a conclu que la vitamine A pouvait favoriser la réparation des défauts mécaniques de l’épithélium cornéen et le développement de la conjonction intracellulaire; et elle pourrait aussi favoriser la régénération des cellules caliciformes conjonctivales et rétablir la conjonction intracellulaire de l’épithélium conjonctival. La vitamine A peut à la fois améliorer l’intégrité de la surface oculaire, mais aussi prévenir l’altération de l’épithélium oculaire causée par les médicaments antiglaucomateux.

Toutefois, la prise de doses importantes de vitamine A peut provoquer des nausées, des vomissements, des maux de tête et une peau sèche et squameuse. Les effets secondaires du srudosage de cette vitamine sont nombreux. Des problèmes de santé plus graves peuvent résulter du stockage de l’excès de vitamine A dans le corps, y compris des dommages au foie, de l’ostéoporose et destroubles du système nerveux. C’est pour celà que  l’apport total en vitamine A est recommandé à moins de 3000μg par jour. La supplémentation de quantités “normales” d’huile de foie de morue sont relativement sûre.

Le rôle des acides gras oméga-3

Tous les acides gras ne peuvent pas être synthétisés par le corps humain. Ils doivent alors être obtenus à partir du régime alimentaire, ils sont appelés «acides gras essentiels». Il existe deux familles connues d ‘«acides gras essentiels»: les acides gras oméga-3 et oméga-6. Parmi ceux-ci, deux acides gras oméga-3 à longue chaîne, l’EPA et le DHA, sont des composants nutritionnels particulièrement importants. Les EPA et DHA sont stocké dans les phospholipides des membranes cellulaires, en particulier dans le cerveau, le cœur, la rétine et les testicules.

Des études antérieures ont étudiées le rôle des acides gras oméga-3 dans la prévention et la thérapie de diverses maladies (notamment les maladies cardiovasculaires, le cancer, la dépression et maladies neurologiques). Il a été démontré que les acides gras oméga-3 favorisaient  la diminution du risque de maculopathie liée à l’âge. Selon Ren et coll, les patients atteints de GPAO ont une composition anormale d’acides gras dans le sang qui se caractérise par une réduction de l’EPA, du DHA et des acides gras oméga-3. Par conséquent, nous imaginons bien que les acides gras oméga-3 devraient présenter des effets bénéfiques potentiels sur le glaucome.

Parmi les facteurs des risques impliqués dans le glaucome, une pression intra-oculaire élevée est le principal. Les effets d’une élévation de la pression est la perte de cellules rétiniennes, ce qui entraîne alors une altération spécifique de la tête du nerf optique et une détérioration progressive du champ visuel. Les résultats d’une recherche à grande échelle sur du long terme ont fourni des preuves convaincantes que l’abaissement de la PIO évite l’évolution du glaucome. La pression intra occulaire est déterminée par l’équilibre entre la production d’humeur aqueuse et le débit sortant. Nguyen et coll. ont démontré qu’une consommation accrue d’acides gras oméga-3 entraînait une diminution de cette pression par une augmentation du débit aqueux. Le mécanisme exact de l’augmentation estcomplexe. Ceux-ci réduisent la pression en augmentant le flux uvéo-scapulaire et trabéculaire par des effets directs sur la relaxation des muscles ciliaires et le remodelage de la matrice extracellulaire. Ce sont de puissants agents hypotenseurs oculaires. Il a même été prouvé que l’huile de foie de morue à la fois de l’EPA et du DHA réduisait la pression intra-occulaire chez les animaux de laboratoire,

Comme la PIO, l’insuffisance vasculaire est également reconnue comme risque important. Des découvertes des dernière années présentent une action des déficits vasculaires dans le glaucome, suggérant que les traitements créés pour améliorer le flux sanguin oculaire peuvent être bénéfiques pour les patients atteints de glaucome. Une diminution de la vélocité du flux sanguin et une augmentation de la viscosité sanguine conduiront à une insuffisance vasculaire. La viscosité sanguine est significativement et uniformément abaissée chez les sujets qui reçoivent des acides gras oméga-3. L’effet serait lié à la capacité des acides gras oméga-3 à améliorer la lipidité de la membrane cellulaire, réduire l’agrégation plaquettaire et réduire les concentrations sériques de cholestérol. Les acides gras oméga-3 augmentent la viscosité du sang par deux mécanismes indépendants : en changeant la capacité de globules rouges et en abaissant la viscosité du plasma  . Les effets positifs des acides gras oméga-3 pour améliorer la circulation oculaire doivent être exploré de façon plus approfondie car le potentiel semble évident.

Des études antérieures ont montré que les acides gras oméga-3 ont des effets positifs dans la guérison de la neuropathie optique glaucomateuse . Les acides gras agissent en prévenant la dégradation des cellules rétiniennes et en diminuant l’activation des cellules gliales induite par l’élévation de la pression intra-occulaire. Caramazza a également prouvé que les acides gras polyinsaturés, agissant sur le trophisme des cellules nerveuses, contribuaient à préserver les nerfs dans le GON. Les acides gras oméga-3 sont considérés comme une thérapie de soutien efficace dans la prévention et le traitement du neuropathie optique glaucomateuse.

 

Que peut on en conclure ?

Sur la base du reccueil d’études ci dessus, l’idée que la vitamine A et les acides gras oméga-3 puissent jouer un rôle protecteur dans le traitement du glaucome semble tout trouvé. L’huile de foie de morue, en tant que supplément combiné de vitamine A et d’acides gras oméga-3, pourrait être plus efficace que des compléments indépendants. Mais l’efficacité de l’huile de foie de morue bio dans le traitement du glaucome n’a pas encore été prouvé solidement et d’autres études sont nécessaires pour mettre en évidence ses véritables vertues. Des essais cliniques bien encadrés et à long terme sont nécessaires pour déterminer si une supplémentation en huile de foie de morue serait un atout pour le traitement du glaucome. Affaire en bonne voie à suivre.